Contrat Territoires d’industrie

L’initiative « Territoires d’industrie » s’inscrit dans une stratégie du Gouvernement de reconquête industrielle et de développement des territoires. L’objectif est de réunir l’ensemble des pouvoirs publics - collectivités territoriales, EPCI, Etat, opérateurs…- et les acteurs industriels afin de concentrer leurs moyens d’actions.

Le contrat Territoires d'Industrie en 3 questions

Qu’est-ce qu’un Territoire d’industrie ?

Les « Territoires d’industrie » sont des zones présentant une forte identité et un savoir-faire industriel. Choisies par une équipe d'experts, de chefs d'entreprises et d'élus locaux et nationaux dans une démarche collaborative, ces zones sont ensuite affinées en fonction des enjeux de chacun des territoires. Aujourd’hui, il existe 151 Territoires d’industrie.

 

Pour quels types de projets ?

Trente et un projets sont aujourd’hui en cours de conception ou de réalisation.
20 projets ont été officiellement lancé au cours de l’année 2020


9 projets ont d’ores et déjà bénéficié de soutiens financiers dont 1,7 millions d’euros par l’Etat ; 1,8 millions d’euros par la Région des Pays de la Loire et 4,9 millions d’euros par la CARENE. Ces projets sont également soutenus par la Communauté de Communes Estuaire et Sillon et la Banque des Territoires.

Parmi ces projets, 5 d’entre eux sont jugés particulièrement structurants et emblématiques par les partenaires 

Le projet agricole Trifibre, porté par la start-up WASTMEUP vise à produire à l’échelle industrielle des fibres végétales techniques à partir de plantes endémiques que sont la rouche, le foin des marais et le roseau. Estuaire et Sillon accompagne le développement de cette filière « fibres et éco-matériaux » sur son territoire.

En réponse aux difficultés pour recruter des jeunes et pour permettre à des jeunes en décrochage scolaire d’accéder à une qualification, le projet consiste à étudier l’opportunité et la faisabilité de créer une école de production. Ce modèle permettrait de proposer une formation dans le cadre d’une activité de production de pièces ou de composants à destination d’une chaine de valeur industrielle. Ce projet porté par la CARENE est soutenu par les industriels du territoire dont Airbus et la fondation Total ainsi que les partenaires de l’Education nationale.

Imaginé avant la crise, le projet NICCO s’est ainsi adapté afin de constituer une réponse à la crise en apportant une réponse aux enjeux de réindustrialisation. Son ambition est de travailler étroitement avec les grands donneurs d’ordre du territoire (Chantiers de l’Atlantique et Airbus notamment) afin d’identifier les opportunités de relocalisation de la sous-traitance sur des activités traditionnelles. Il s’agit d’accompagner à la fois la diversification des entreprises du territoire et la création d’entreprises traditionnelles pour re-créer de l’emploi industriel sur le territoire.

Les Chantiers de l’Atlantique ont ainsi proposé de travailler un sourcing local et un accompagnement des entrepreneurs en collaboration avec les acteurs publics. Le potentiel de nouvelles activités pourrait représenter 15 à 20 Millions d’euros et la création d’environ 150 emplois. Ce projet, porté par la CARENE est soutenu financièrement par les Chantiers de l’Atlantique, la Région des Pays de la Loire et la Banque des territoires.

Porté par des commandes et des marchés à fort potentiel dans les domaines de la construction navale, des énergies marines renouvelables (EMR) ou des nouvelles propulsions, le projet consiste à étudier l’opportunité et la faisabilité de créer une nouvelle capacité industrielle mutualisée XXL sur le domaine portuaire nazairien pour capter des marchés inaccessibles par les industriels locaux faute de capacité suffisante (fonciers, outillages, ateliers). Ce projet est porté par le réseau d’entreprises industrielles Neopolia.

En réponse aux enjeux que représente la logistique dans la compétitivité des entreprises et des filières industrielles, le Pôle Achat Supply-Chain Atlantique (PASCA) réfléchit à la création d’un centre d’excellence. L’objectif est de pouvoir renforcer la Recherche & le Développement, la formation, l’industrialisation et l’animation des acteurs de la logistique et des PMI afin de rendre le territoire et les industriels plus performants dans ce domaine technologique.


A la suite de la labellisation par l’Etat, le territoire de Saint-Nazaire/Cordemais a également été choisi, aux côtés de trois territoires français, par l’Agence Nationale à la Cohésion des Territoires (ANCT) afin d’expérimenter la mise en place d’une « Fabrique prospective de l’industrie ». C’est dans ce cadre et avec le soutien de l’ANCT que la feuille de route de la démarche Territoires d’Industrie a été co-construite.