Environnement

Le tri des biodéchets : 2024 en ligne de mire

A compter du 1er janvier 2024, tous les publics, professionnels et particuliers, seront concernés par l’obligation de trier les biodéchets (épluchures, restes de repas,…), peu importe la quantité.

Publié le

Le seuil de tri des biodéchets pour les professionnels abaissé progressivement d'ici 2024

Depuis 2012, les professionnels qui produisent ou détiennent une quantité importante de biodéchets ont l’obligation de trier leurs biodéchets et de les faire valoriser dans des filières adaptées (telles que le compostage ou la méthanisation). Sont concernées principalement les entreprises d’espaces verts, de la grande distribution, des industries agroalimentaires, des cantines et restaurants, des marchés.

3 étapes clés

  • Depuis le 1er janvier 2016, ce sont les professionnels produisant plus de 10 tonnes par an de biodéchets, et de 60 litres par an pour les huiles, qui sont concernés
  • Au 1er janvier 2023, le seuil sera abaissé à 5 tonnes par an de biodéchets
  • Au 1er janvier 2024, ce seront tous les publics, y compris les particuliers, qui seront concernés, sans notion de seuil


Pourquoi séparer les biodéchets du reste des déchets ?

La mise en décharge des biodéchets est à l’origine d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Ce gaz a de plus un pouvoir de réchauffement global 25 fois supérieur à celui du CO2. De même, l’incinération de ces déchets produit également des GES et notamment du CO2 lors de leur combustion.

A l’inverse, la valorisation organique via le compostage, l’épandage ou la méthanisation permet de un retour au sol ou de transformer des matières organiques brutes en une matière valorisable, le compost ou le digestat, adapté aux besoins agronomiques des sols.

Le point sur les biodéchets 
https://www.ecologie.gouv.fr/biodechets#e1